LE PROJET PEDAGOGIQUE

1. Construire le savoir

« L’enfant est le sujet du verbe construire »

La construction des savoirs est axée sur la personnalité de l’enfant. Il en est l’acteur et non le spectateur. Notre objectif est de faire comprendre à l’enfant pourquoi il apprend ce qu’il apprend.

 

A partir de situations-problèmes, de questionnements, l’enfant devient acteur de ses apprentissages. Il est capable de chercher l’information, de la traiter en vivant des essais et des erreurs. Il construit son savoir en cohérence avec le programme intégré et les socles de compétences. C’est par l’encouragement, le dialogue et en utilisant l’erreur comme source de progrès que nous verrons nos élèves comme des personnes en formation et en progression.

 

L’école rend l’enfant actif en lui proposant des outils qui lui permettent de s’approprier des connaissances et de développer sa personne. Elle les propose adéquatement en fonction du

cheminement de chacun.

 

Il exerce sa créativité pour trouver des solutions.

Chaque élève partage avec les autres, le chemin suivi,

les problèmes rencontrés et les solutions trouvées.

  1. Pratiquer l’évaluation formative

 

Elle permet à l’enfant et à l’enseignant d’être plus conscients de l’apprentissage qui se réalise et de le mener à bien. L’enseignant s’intéresse surtout à ce qui se passe quand l’enfant construit ses compétences et ses connaissances et non plus seulement à l’obtention d’un résultat , d’une réponse exacte d’emblée. En observant l’enfant, l’enseignant se rend compte des procédures utilisées et des obstacles rencontrés ; il peut ainsi lui proposer de nouvelles activités pour progresser vers un objectif à atteindre.

L’enfant peut continuer à grandir, à se former. Ce type d’évaluation se réfère au niveau de développement de compétences visées mais aussi des démarches les plus adéquates pour y arriver. Cette évaluation formative rend l’enfant acteur et responsable de son développement dans la mesure où elle s’accompagne d’une auto-évaluation.

  1. Assurer la continuité des apprentissages en cycles

 

 

 

Apprendre nécessite du temps et construire des compétences est un processus

long et complexe. Les enseignants gèrent en co-responsabilité les activités

du cycle.

Des cahiers référents suivent les élèves. Les enseignants, en

concertation, gèrent les apprentissages et mettent en place des

organisations qui permettent aux enfants les plus en difficulté

d’atteindre les exigences légales attendues. Un travail de remédiation axé sur la « prévention des difficultés » est assuré au cours des 6 années primaires. Celui-ci est amené auprès des enfants comme l’opportunité « de mieux rebondir » sans qu’aucun jugement ne soit porté.

Des concertations en école permettent la mise en place d’un continuum pédagogique de 2,5 à 12 ans davantage axé sur les techniques de gestions mentales et d’aptitude à exercer des transferts de connaissances et de compétences au sein des apprentissages.

  1. Différencier les apprentissages

 

Tous les enfants sont différents. Chacun a son rythme, sa personnalité, sa propre histoire, son « déjà acquis ». La pratique didactique devra s’efforcer de faire varier les stratégies d’enseignement de manière à ce que les enfants puissent utiliser leur stratégie d’apprentissage.

Ceci permettra à chacun de pouvoir mieux « être acteur » et de s’impliquer dans le fonctionnement de la classe et la construction de sa personne.

Différencier, c’est croire que tous les enfants sont capables de progresser.

  1. Pratiquer un métier collectif

 

Les enseignants, avec tous les partenaires de l’école, sont solidairement responsables de la mission qui est la leur dans l’école. La collaboration de tous est requise pour aider l’enfant à développer les mêmes compétences de 2,5 ans à 12 ans et pour assurer le développement global, à la fois affectif, psychologique, moteur et intellectuel. Ces objectifs nécessitent d’articuler les activités d’apprentissage dans les différentes matières, de vivre des activités-projets et des moments de liberté. Cela est possible grâce à un travail de concertation et d’ajustement permanent entre tous les enseignants.

  1. Construire une communauté ouverte sur l’extérieur.

 

Les personnes impliquées dans l’éducation de chaque enfant (direction, enseignants, parents, pouvoir organisateur, autres partenaires) doivent avoir le sentiment d’appartenir à une communauté engagée dans des projets collectifs enrichis par la diversité

 

de chacun.

L’ouverture de l’école sur l’environnement social, culturel et

économique va permettre de vivre, en partenariat, des projets

dans lesquels l’enfant deviendra un citoyen responsable de

demain, conscient de ses devoirs.


Il n'y a pas de documents dans cette catégorie

Qui est en ligne ?

Nous avons 289 invités en ligne

Nombre de visiteurs

Newsflash